logo eelf

Paroisse Protestante
de Montbéliard

Temple Saint Martin

rose de Luther
 Vie spirituelle  Prédications Textes divers Versets bibliques  Synodes   Documents Haïti  Evénements  

sommaire
18 rue Viette
25200 Montbéliard
tel 03 81 91 03 69
pasteur@temple-saint-martin.org






Synode 2016
Synode 2015
Synode 2014
Synode 2013
Synode 2012
2009-2010
Synode de Belfort
Mai 2012
  Message aux paroisses

Église évangélique luthérienne de France   -   Église réformée de France

Synode général et national conjoints, Belfort 20 Mai 2012

 
Appelés à être l’Eglise une

Allocution de clôture du président du Conseil exécutif de l’EELF

 

Chers frères et sœurs

Il me revient de dire quelques mots au moment où se terminent les travaux de nos synodes conjoints. Voilà une session synodale attendue depuis 2007, date à laquelle nos deux synodes conjoints réunis à Sochaux ont exprimé le souhait que le projet d’une Eglise protestante unie puisse aboutir le plus rapidement possible et au plus tard en 2013.

Les textes de référence sont votés, l’Eglise unie sera pleinement opérationnelle en 2013. Le souhait des synodes de Sochaux a été réalisé.

Nous l’avons déjà beaucoup dit, mais ce n’est que justice que de le réaffirmer avec force, la masse de travail accomplie par les groupes de travail, les comités directeurs, les délégués synodaux au plan régional et national, les rapporteurs régionaux et nationaux ainsi que les conseils presbytéraux est tout simplement extraordinaire. L’émotion nous a gagné quand nous avons remercié les groupes de travail et les rapporteurs pour leur patience et leur esprit d’écoute.

L’œcuménisme est au service de la mission

Avant d’aller plus loin, permettez-moi de rappeler une date. 1910 ! La conférence des sociétés missionnaires protestantes se réunit à Edimbourg. Elle est considérée par certains comme l’événement qui a fait naître le mouvement œcuménique. Un délégué chinois Cheng Ching Yi a évoqué le projet d’une fédération interchrétienne en matière d’éducation et d’évangélisation afin de voir dans un futur proche une Église chrétienne unie sans distinctions dénominationnelles. Depuis ce moment-là une prise de conscience a lieu au sujet de la crédibilité du message évangélique. Celui-ci est d’autant mieux reçu qu’il émane d’Eglises en communion. C’est la question de la cohérence entre le contenu du message et celui qui émet le message qui est ainsi posée. Jésus, dans la prière sacerdotale selon Jean 17 l’avait déjà mentionnée.

1910 nous rappelle que le travail œcuménique est né de cette conférence missionnaire. Désormais, l’œcuménisme est au service de la mission de l’Eglise.  

L’Eglise protestante unie,

fruit de l’œcuménisme,

créée en vue d’un meilleur témoignage

2013 : l’Eglise protestante unie est pleinement réalisée. Fruit de l’œcuménisme, elle est par conséquent construite en vue d’un meilleur témoignage. Laurent Schlumberger nous a précisé en quoi le modèle de la diversité réconciliée est source de communion, d’ouverture à l’autre et créateur d’une dynamique interne qui permet de faire de la place à l’autre. L’Eglise protestante unie, communion luthérienne et réformée verra, de ce fait, la crédibilité de son message être renforcée. De par la réalisation d’une union institutionnelle elle aura davantage de visibilité dans le paysage religieux et sera mieux vue comme une Eglise centrée sur la justification par la grâce de Dieu laquelle est la clé herméneutique de la lecture de la Bible.

Les décisions importantes prises au cours de cette assemblée engagent de façon décisive la vie des Eglises et maintenant de l’Eglise unie. Elles engagent aussi, certes très modestement, la vie de l’Eglise universelle à commencer au niveau européen. Le débat sur la question d’une synodalité européenne l’a montré. L’Eglise protestante unie est invitée à voir large. Fruit de l’œcuménisme, elle est porteuse d’une vision œcuménique. Fondamentalement, l’Eglise protestante unie est appelée à être l’Eglise une comme le déclare le document adopté par le CŒ dans son assemblée à Porto Allegre en 2006.

 

Arrêt sur image : création de l’EELF en 1906

Je disais tout à l’heure que nos synodes ont pris des décisions qui engagent radicalement l’EELF et l’ERF lesquelles forment l’Eglise unie. Arrêtons-nous un court instant sur l’EELF et particulièrement sur ses débuts en 1906. Il ne s’agit pas ici de faire l’éloge funèbre de l’EELF au motif qu’elle aurait prononcé la dissolution de son union générale. De fait, elle continue de vivre sous une autre forme. Il s’agit plutôt d’aller voir quelques points qui ont marqué les débuts de l’Union générale et de mesurer les continuités et les évolutions sur plus d’un siècle d’existence de cette Eglise. Ce sera aussi l’occasion de partager avec vous quelques surprises qui ont émaillé la lecture de quelques PV des synodes de 1906 et 1909. Vous verrez, parfois 1906, ce n’est pas si ancien!

difficultés et espérances de l’époque

Je passerai rapidement sur les questions financières qui touchent, depuis toujours, toutes les Eglises surtout en cette période de séparation des Eglises et de l’Etat puisque les pasteurs ne seront plus payés par l’Etat.

En revanche ce qui est plus étrange c’est de voir la vive inquiétude du Synode général constituant de 1906 devant le manque cruel de pasteurs. Pour y remédier, l’Inspection de Montbéliard, pragmatique et pleine de bon sens comme toujours, a augmenté la rémunération de ses pasteurs ! Et l’Inspection de Paris a suivi !

Concernant l’adoption de la Constitution, deux éléments, entre autres, ont été l’objet de débat.

- D’abord quand il s’est agi...de définir le principe et le mode de renouvellement de l’Inspecteur ecclésiastique. Le Synode constituant a finalement décidé que l’Inspecteur ecclésiastique sera élu pour 7 ans et rééligible qu’une seule fois ! Le principe d’une nomination à vie même avec une limite à 70 ans a été largement repoussé.

- Ensuite... au sujet du Préambule : Je ne résiste pas au plaisir de vous lire un court extrait du PV de ce synode de 1906 à ce sujet : Nous tenons, dit le pasteur Vurpillot de Montbéliard, rapporteur au Synode général, à vous rappeler que le sens et la portée du préambule ont été très nettement précisés dans la lettre adressée le 2 avril 1872 par les membres de l’Inspection de Paris aux représentants des Eglises de Montbéliard et qui se termine ainsi : « Nous n’avons point sujet de rougir de la Confession d’Augsbourg. Elle occupe une assez belle place dans l’histoire. Il nous siérait mal de rougir de la foi que nos ancêtres ont si noblement confessée à Augsbourg sous la menace du puissant empereur d’Allemagne. Nous la maintiendrons, mais nous n’entendons pas nous en servir pour opprimer les consciences. A Dieu ne plaise que nous le fassions jamais ! Au-dessus, infiniment au-dessus de notre confession de foi, de toute confession de foi formulée par les hommes, nous plaçons les Saintes-Ecritures. Nous ne reconnaissons d’autorité souveraine dans l’Eglise du Christ, que la Parole de Dieu. (p.19). L’Eglise unie est bien dans la droite ligne des constituants de 1906 puisqu’elle rappelle dans son préambule la confession d’Augsbourg comme référence des luthériens !

et des surprises !

Enfin, j’aimerais partager ma surprise au sujet du vocabulaire utilisé dans les PV des premiers synodes de l’EELF.

- Les Inspecteurs parlant de leurs visites aux paroisses emploient également pour désigner les paroisses le mot d’Eglises, voire même d’Eglises locales !

- En se souvenant du débat sur l’ordination-reconnaissance des ministères aux synodes extraordinaires de janvier 2011, ma surprise fut encore plus grande quand je lis ce que dit le rapport de l’Inspection de Paris au SG des 8-9 Juin 1909 : L’Inspecteur ecclésiastique de Paris a procédé à ..... la consécration de quatre candidats. Je ne me trompe pas ! C’est bien le mot consécration qui est employé ! 

Certes, l’inquiétude du Synode général constituant est forte avec le vote de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat. Mais écoutez le témoignage du pasteur Girardez, Inspecteur ecclésiastique à Montbéliard quand il s’adresse au synode régional de Montbéliard qui s’est tenu un mois avant le vote de la loi de séparation: mais je vous le demande, que seront les circonstances de l’avenir quand nous les comparerons aux troubles et aux luttes du XVI° siècle ?...Et bien, Messieurs, permettez-moi de vous le dire, sous ce rapport-là, je n’éprouve aucune peur, et je voudrais pouvoir vous faire partager ma confiance ; j’ai la certitude que si le Seigneur vient au milieu de nous, avec une Eglise transformée il trouvera encore de la foi sur la terre, de la foi dans le cœur du peuple protestant, de la foi, du courage et plus de dévouement dans l’activité de toux ceux qui travaillent à l’avancement du règne de Dieu. Je partage la même confiance que mon lointain prédécesseur montbéliardais au sujet de cette Eglise transformée. Aujourd’hui, elle s’est transformée en Eglise unie.

Transformation des Eglises

Ce vendredi 18 mai 2012, le Synode général, réuni à Belfort, prononce la dissolution de l’Union synodale générale crée, il y a 106 ans à Montbéliard le 20 Avril 1906....

Ce vendredi 18 Mai 2012, le synode général, réuni à Belfort, adopte la Constitution de l’Eglise protestante unie de France....

En adoptant la nouvelle constitution de l’Eglise unie, les luthériens se dotent pour la quatrième fois d’une nouvelle Constitution depuis celle de 1802. Ils manifestent ainsi ce que le pasteur Lods, inspection de Paris, disait lors du synode constituant de 1906 que l’esprit luthérien est un esprit de liberté et de responsabilité devant l’histoire.

Ce vendredi 18 Mai 2012, en adoptant la nouvelle Constitution de l’Eglise unie, le synode national de l’ERF remplace ses textes de référence par ceux de l’Eglise unie... 

Oui, aujourd’hui chacune de nos Eglises est morte... Oui aujourd’hui, chacune de nos Eglises se transforme et renaît autrement au sein de l’Eglise protestante unie de France...

En acceptant, pour les uns de voter la dissolution de leur union et pour les autres de se transformer juridiquement, et pour tous d’adopter une nouvelle Constitution, l’Eglise unie ne nie pas les identités confessionnelles luthériennes et réformées. S’inscrivant dans la suite des Synodes général et national de Sochaux en 2007, l’Eglise unie proclame que les identités luthériennes et réformées sont faites pour être conjuguées au présent et au futur pour le bien de chacune d’entre elles et pour le bien de toute l’Eglise unie. Comme l’indique ce mot de conjugaison, il s’agit bien de se mettre sous le même joug : dans ce cas celui du Christ et particulièrement dans sa compréhension réformatrice de la justification par la grâce de Dieu.

C’est le moment de prendre le temps de la reconnaissance que je vais faire d’une manière particulière, peu usitée dans nos synodes. 


Temps de reconnaissance

Je m’adresse à toi EELF. Tu es entrée dans ce processus avec tout à la fois de l’ardeur, des questions, de l’agacement et des doutes. Aujourd’hui tu te transformes une nouvelle fois car tu es convaincue que la communion luthérienne et réformée donne une force nouvelle à la mission de l’Eglise.

- Inspection de Paris : tu as été réticente à aborder le processus de l’Eglise unie. Mais le thème missionnaire, et particulièrement la question de la Mission intérieure, est pour toi un impératif incontournable de la vie de l’Eglise. Cela t’a donné la force intérieure de prendre en compte ce projet d’union comme une stimulation de la dynamique missionnaire. Il t’a permis d’entrer en relation avec l’Eglise régionale réformée parisienne qu’une longue coexistence n’avait, jusqu’alors, pas permis de redécouvrir.  Ton cheminement courageux doit être salué.

- Toi, Inspection de Montbéliard, depuis la Réforme coule dans tes veines cette Eglise unie. Luther, Calvin et Zwingli t’ont marqué. Pierre Toussain, ton réformateur, a cherché sans cesse une voie, non pas médiane, mais une voie qui fasse droit aux éléments de la Réforme les plus importants pour la foi chrétienne. Tu attendais la réalité d’une Eglise unie peut-être depuis toujours. Ta patience et ton impatience se trouvent aujourd’hui récompensées.

A tous les membres de l’EELF, permettez-moi de vous dire ma gratitude pour le chemin parcouru et le courage que vous avez manifesté au départ et au cours du processus d’union.

Toi, Eglise réformée, tu as connu aussi beaucoup de métamorphoses dans ta longue histoire. Aujourd’hui, tu as accepté de te réformer pour entrer dans ce processus d’union. Tu as fait preuve d’une véritable audace en te lançant dans un tel projet. Une telle audace évangélique est à saluer.

- Vous, les régions réformées qui n’avez pas d’Eglise luthérienne sur votre territoire, vous avez avancé en confiance tout au long de ce processus d’union. Cette attitude est également à saluer.

- Toi, Région parisienne, tu redécouvres la région luthérienne parisienne. Une longue co-existence n’avait pas permis de vraie rencontre. D’emblée tu as été ouverte à ce processus. Tu as perçue que l’Eglise unie pouvait favoriser le mieux témoigner ensemble dans cette région parisienne.  

A tous les membres de l’ERF, permettez-moi de vous dire ma gratitude pour l’audace et la confiance que vous avez manifesté au départ et au cours de ce processus d’union.

À tous les membres de l’Eglise unie, il faut dire à quel point un esprit d’écoute et de recherche d’un consensus a régné dans les comités directeurs et les synodes pendant toute la durée du processus d’union. C’est un bon signe pour l’avenir.

Avant même la mise en forme complète de l’Eglise unie, ce projet a déjà suscité des fruits. Je n’en citerai qu’un seul parmi plusieurs: le projet d’une région unie luthérienne et réformée Est-Montbéliard.

Oui, frères et sœurs, les efforts ont été réels. Oui parfois la fatigue a gagné les cœurs, la lassitude s’est faite présente. Mais ma conviction profonde rejoint celle d’un ami. Elle m’a touché et je la partage avec vous. Dans tout ce processus qui a duré une dizaine d’années et a nécessité une somme énorme de travail, en vérité nous avons été agi plus que nous n’avons agi.


Comme le rappelait le prédicateur au synode constituant de l’EELF en 1906, nous pouvons dire, à notre tour et avec humilité comme l’écrivent les membres du concile de Jérusalem « Il a plu au St-Esprit et à nous... Ac 15/28.

Eglise protestante unie : Lève-toi !

Eglise unie, pourquoi regardes-tu en l’air comme les disciples au moment de l’Ascension ? Lève-toi, va au-devant du monde. Il a soif d’entendre une parole autre, vraie, qui libère, qui fait naître une espérance au-delà du raisonnable, qui proclame l’absolue singularité et la dignité de toute personne. Lève-toi et va avec la force que tu as. Le Seigneur t’accompagne ! Il est fidèle !

Bonne route !

Joël Dautheville


Haut de page

Saint-Martin

Église Évangélique Luthérienne Paroisse de Montbéliard 18 rue Viette 25200 Montbéliard tel 03 81 91 03 69